Le Haut-Quercy, de la Renaissance aux guerres de religion, au temps des Turenne et des Castelnau.
  • C'est une époque de contrastes entre une première moitié de XVIe siècle prospère où les Quercynois sont entrainés aux guerres d'Italie par Galiot de Genouillac et à la vie d'ambassadeurs auprès du vicomte de Turenne.
  • Cette ouverture sur l'Europe profite aux nobles mais aussi aux bourgeois lettrés, aux clercs et à la foule des gens plus modestes employés par Galiot de Genouillac dans l'arme qui devient la reine des batailles, l'artillerie.
  • La seconde moitié du siècle est plus sombre. Tandis que le Bas-Quercy avec Montauban penche vers le calvinisme et que Cahors se pose en champion de l'Eglise catholique, le haut-Quercy est divisé : à l'est, autour d'Assier et de Jeanne de Genouillac, les protestants se rassemblent. Ils sont également nombreux dans la vicomté de Turenne, et dans les bourgs de la Dordogne, tels que Beaulieu ou Saint-Céré et Gagnac.
  • En revanche, l'ouest, avec Souillac et Gourdon, reste catholique. L'histoire précise de ces affrontements est difficile à faire, tant les historiens régionaux, dont le principal est Lacoste au XIVe siècle, sont partiaux et ne s'appuient que sur des témoignages de prêtres ou de catholiques acharnés comme Monluc.
  • Il faudrait donc reprendre, paroisse par paroisse, l'histoire de ces temps troublés. 

 

Dernière mise à jour : ( 23-06-2008 )